OISEAUX-TEMPÊTE + ORME

  • Start
    lun 21 sept 15, 20:30
  • Prix:
    10/12 euros

Événement FacebookRéservez ici

Oiseaux-tempête :

Il existe, nous dit-on, ces oiseaux qu’on ne peut apercevoir qu’en mer, quand la tempête approche.
Mais c’est évidemment plus compliqué que ça. Si l’arrivée du déluge les révèle, pour les marins, ils en sont l’émissaire. Alors qui crée qui au final si chacun fait exister l’autre ?
Oiseaux-Tempête sillonne la Méditerranée et nous conte leur voyage à travers une trilogie aux sonorités post-rock. Un projet qu’ils ont débuté en 2013 en ramenant de Grèce les éléments d’une déflagration : une crise politique s’étendant à toute l’Europe. Un premier album, fait de tensions, qui assume ses langueurs cycloniques aux atours cinématographiques mais aussi ses explosions orageuses. Un disque positionné dans le constat.
Plus ou moins postalement ancré à Paris, Oiseaux-Tempête est le fait de la rencontre entre Stéphane Pigneul & Frédéric D. Oberland et le batteur américain Ben McConnell. Loin des balbutiements, les membres du groupe sont forts de leurs différentes expériences, les premiers officient également dans le projet de poésie sonore FareWell Poetry et dans le gang de boucan improvisé Le Réveil des Tropiques, tandis qu’on a pu voir jouer le troisième avec Beach House ou Marissa Nadler.

Orme :

Orme ou comment se délecter d’une musique enivrante, avec des membres de Plebeian Grandstand, Sed Non Satiata, Ancre and ex-Yoshitonku il ne peut en être autrement.
Leur son unique est dû à l’utilisation d’instruments tels que le bouzouki et la mandoline, leur permettant de créer de riches compositions. Ces tonalités folkloriques apportent de la chaleur à la musique d’Orme tandis que le violoncelle équilibre avec des influences classiques, ce qui rend la musique plus nocturne et mineure. Ni mélancolique ni tout à fait nostalgique, leurs compositions instrumentales sont aussi pleine de vie, comme figé dans le temps, en alternant entre des promenades paisibles et tours syncopés, quelque part entre le folk progressif de James Blackshaw et un certain héritage balkanique.