CAMÉLIA JORDANA – Lost Tour

Sam. 30 nov. 2019 / 20h00 / 25,30€


Réserver

Ce projet créé par deux français, Camélia Jordana et Laurent Bardainne, se prépare depuis une année. C’est ensemble qu’ils décident de témoigner d’un ressenti, d’une émotion, sinon d’un état dans lequel LOST se retrouve. Ils scandent alors l’amour de leur drapeau, s’interrogent sur la crise des réfugiés, racontent la nuit paresseuse qui se couche sur une émeute à Baltimore, décrivent les années 90 dans le Var, dénoncent un leader qui oublie de regarder derrière lui, ou encore rendent hommage à la force de la Femme.

 

Au lendemain d’attaques terroristes et à la veille d’élections présidentielles, LOST témoigne. Le groupe souhaite se positionner, ce au moment où le sujet de l’identité est plus que jamais remis en question, comme les simples témoins d’une époque au sein d’un pays dit libre, et dont la devise républicaine est basée sur la LIBERTÉ, l’ÉGALITÉ et la FRATERNITÉ. Le duo décide de chanter en français, en anglais et en arabe. Sur les compositions de Laurent et dans ces trois langues dans lesquelles Camélia écrit, LOST délivre un message de paix. Dires contrairement aux dires de certains politiques et de quelques médias, les deux musiciens plein d’espoir mettent en lumière la fusion de deux générations qui peuvent vivre ensemble en 2017.

 

« LOST, il ya du bleu, il ya du blanc, il y a du rouge sur mon drapeau et cela peut donner une carte d’identité où le drapeau français est décliné en Arabe. Ceci est une association de bienfaiteurs entre Camélia Jordana et Laurent Bardainne qui croisent leurs coeurs pour repousser la peur des extrêmes. LOST est le nom de leur nouveau projet musical. «Perdu»? Pas tant que ça, puisqu’ils déportent leur inquiétudes nées d’une époque violente sur une musique qui fait dialoguer deux générations et deux parcours différents. Mandela avait écrit «la politique peut être renforcé par la musique, mais la musique a une puissance qui défie la politique». Aujourd’hui Camélia Jordana et Laurent Bardainne portent leur étendard LOST. Ils peuvent se sentir parfois perdus géographiquement, amoureusement, politiquement mais ils chantent pour exprimer leurs histoires et leurs espoirs conjugués afin de trouver ce chemin qui mène à la lumière même si comme le dit Krismenn: «on doit aussi, d’abord s’habituer à l’obscurité». » Didier VARROD (France Inter)